dessin-MB900441910-120px.jpgMartin Hirsch, Haut-Commissaire à la Jeunesse, a organisé des appels à projet dans le cadre du « Fond d’expérimentation pour la jeunesse » avec comme constat : « L’expérimentation est un moyen pour pouvoir transformer les pratiques et lutter contre la résignation et le fatalisme ».

Plus de 506 dossiers ont été déposés, témoignant ainsi du dynamisme et de la mobilisation des structures qui ont massivement répondu à l’appel d’offre.

167 projets ont été retenus, répondant à quatre objectifs de l’expérimentation :

  • Réduire les sorties prématurées du système de formation initiale.
  • Améliorer la transition entre formation et emploi.
  • Prévenir les ruptures de parcours.
  • Et soutenir les initiatives et projets des jeunes.

« Nous avons consacré 150 millions d’euros, sur deux ans, pour les jeunes dans ces programmes expérimentaux de très grande ampleur », a précisé Martin Hirsch. « Notre objectif est de pouvoir fonder des politiques publiques ».

La Ligue de l'enseignement a été retenue par le Haut-Commissariat à la Jeunesse, dans le cadre de cette expérimentation Hirsch, sur l’engagement des jeunes dans la vie de la cité, pour porter une action de promotion de l'engagement des jeunes sur des territoires test en PACA dont le département des Hautes Alpes.





L'EXPERIMENTATION EN PACA

Pourquoi notre fédération d'éducation populaire porte ce projet ?

Il nous faut privilégier la mission première d’une association d’éducation populaire, soit susciter l’intérêt pour la vie démocratique et l'exercice de la citoyenneté.

« C’est le droit et le devoir pour tout citoyen de s’impliquer dans le débat public pour participer à la définition du bien commun. Le citoyen est donc celui qui exerce une vigilance critique à l’égard de tous les pouvoirs. Le citoyen respecte la loi parce que celle-ci est le résultat d’une élaboration démocratique, qu’elle résulte d’un débat public, qu’elle est susceptible d’être changée. (Extrait « la formation du citoyen », Alain Beitone).

L'enjeu de la formation du citoyen pour une fédération de jeunesse et d'éducation populaire est bien de former les jeunes au plus près de leur lieu de vie au débat, à l’esprit critique, à l’usage public de leur raison au profit du bien commun.

Les jeunes et leur place dans la démocratie

Le constat : La tentation incantatoire à multiplier les appels aux jeunes pour participer sans pour autant leur permettre d’agir discrédite l'ensemble des paroles publiques, et nous impose une offre concrète adaptée aux réalités.

Avant toute spéculation approximative, il convient de se défaire du cadre restrictif d'une politique jeunesse destinée à «la jeunesse» alors qu’il convient d'évoquer plusieurs réalités c'est à dire «des jeunesses».

Objectifs :

  • Valoriser et promouvoir l’engagement des jeunes dans notre mouvement.
  • Chercher à savoir en quoi et comment nos structures peuvent, en tant qu’employeurs, accompagner des militants ou des professionnels.
  • Déclencher de nouvelles pratiques associant les acteurs de la jeunesse et les jeunes eux-mêmes. Si cette première étape est réussie elle pourrait s’institutionnaliser au plan départemental voire au plan régional.
  • Favoriser une approche de la politique jeunesse comme axe de développement des territoires.
  • Expérimenter une stratégie de mobilisation basée sur la proximité et sur l’implication de tous (élus, associations, enseignants, professionnels du social, de la jeunesse, personnels communaux, citoyens…).
  • Permettre aux différentes jeunesses de se rencontrer lors des journées de restitution et manifestations organisées au plan départemental et régional.